Déclaration du BEN SYNACEB suite aux évènements tragique du 15 mars 2020

Spread the love

Le dimanche 15 mars 2020, le monde entier a été témoin d’une barbarie sans précèdent,
perpétrée sur des paisibles citoyens nigériens conviés à un meeting pacifique par les
organisations de la société civile regroupées au seins du cadre de concertation et d’action
citoyenne (CCAC) et certaines centrales syndicales dont la notre, la confédération
Nigérienne de Travail CNT.
Faut-t-il le rappeler le meeting en question avait pour objet la dénonciation des
détournements des centaines de milliards mis à nu par un audit diligenté au Ministère de la
défense nationale afin d’amener le gouvernement à respecter pour une fois le principe de la
séparation de pouvoir en laissant la justice faire son travail.
Mieux, la manifestation a été déclarée aux autorités compétentes conformément à la
règlementation en vigueur, dans le respect strict de la loi 2004 du 8 juin 2004 régissant la
manifestation sur les voies publiques. Malgré qu’aucune interdiction n’a été notifiée aux
organisateurs, les manifestants étaient surpris de se retrouver en face des forces de l’ordre
lourdement armées réprimant violemment toute tentative d’accès au lieu prévu pour la
tenue du meeting. Au-delà, les mêmes forces de l’ordre se sont livrées à des poursuites et à
la dispersion des manifestants et même les citoyens partout ailleurs dans la ville de Niamey
où elles remarquent un quelconque regroupement de trois ou quatre personnes et cela
jusque dans des Fada des jeunes et les marchés en lançant des grenades lacrymogène. C’est
malheureusement dans des telles circonstances que le marché de TAGABATI a pris feu
occasionnant des pertes en vies humaines et d’énormes dégâts matériels.
Pendant et à la suite de ladite manifestation, plusieurs arrestations et interpellations
injustifiées ont été dénombrées dans le rang de paisibles citoyens et des acteurs de la
société civile dont le Secrétaire général du BEN SYNACEB le camarade HALIDOU MOUKAILA.
Au vue de tout ce qui précède, le BEN SYNACEB :
1. Présente ses condoléances les plus attristées aux familles explorées aux
commerçants de la ville de Niamey et à l’ensemble du peuple nigérien, victime d’un
régime tyrannique sans foi ni loi qui ne cesse de remettre en cause au quotidien les
acquis démocratiques chèrement acquis de haute lutte ;
2. Apporte son soutien ferme et indéfectible à son secrétaire général, le camarade
HALIDOU MOUNKAILA et ses compagnons d’infortune injustement incarcérés dans
les geôles du tyran ;
3. Exige la libération de l’ensemble des camarades injustement privés de liberté au
moment ou les forces vives de la nation et l’ensemble des citoyens doivent joindre
leurs forces pour lutter et prévenir un mal qui fait trembler l’humanité toute entière
qu’est COVID 19 le coronavirus; Qu’Allah protège le Niger et son peuple de cette
pandémie tumultueuse ;
4. Exige l’ouverture d’une enquête indépendante pour élucider les origines de l’incendie
au marché de TAGBATI afin de situer les responsabilités ;
5. Exige la publication de ce fameux rapport d’audit diligenté au ministère de la défense
nationale et la mise à la disposition de la justice de l’ensemble des délinquants
financiers et les personnalités mises en cause par ledit rapport d’audit. Car c’est à
eux la prison pas aux lanceurs d’alerte et acteurs de la société civile qui ne font que
jouer leur rôle de contrôle citoyen de l’action publique conformément aux principes
sacro saints de la démocratie et de l’Etat de droit ;
6. Condamne avec la dernière énergie, le traitement indécent, réservé à la commission
nationale des droits humains (CNDH) à la police judiciaire. Cette institution de la
République, conduite par des hommes responsables qui n’est que dans son rôle
régalien ne mérite pas un tel traitement, qui ne vise qu’à entraver et remettre en
cause les attributions que lui confère la constitution du 25 novembre 2010.
Apportons à la CNDH tout notre soutien dans sa décision de porter plainte au
moment opportun contre les responsables de ces actes rétrogrades ;
7. Apporte son soutien sans réserve à la Confédération Nigérienne de Travail CNT pour
sa détermination aux côtés des Travailleurs et du peuple nigérien ainsi que pour son
engagement à accompagner les actions des organisations de la société civile active
regroupées autour du cadre de concertation et d’action citoyenne ;
8. Invite l’ensemble des organes du SYNACEB à s’engager résolument aux côtés des
unions régionales et départementales de la CNT pour la mise en œuvre des actions à
venir du cadre de concertation et d’action citoyenne. De rester également unis et
mobilisés pour l’exécution des prochains mots d’ordre ;
9. Remercie l’ensemble des organisations syndicales, les medias les organisations de la
société civile nationales et Internationales pour leurs soutiens et leurs
encouragements dans cette épreuve à nous, imposée par un régime démagogique,
digne du moyen âge et insoucieux du peuple et de la sérénité populaire ;
10. Rassure les militantes et militants ainsi que l’ensemble du peuple nigérien que le
SYNACEB, usera de tous les moyens légaux aux côtés de la CNT et du Cadre de
Concertation et d’Action Citoyenne et cela quel qu’en soit le prix pour faire
triompher la démocratie l’Etat de droit et la bonne gouvernance. Sans quoi l’enfant
du pauvre nigérien ne bénéficiera en aucun cas d’une école de qualité. Et
l’enseignant également ne sera jamais dans les conditions de vie et de travail
adéquates lui permettant de mener à bien sa tâche surtout dans ce contexte
d’insécurité grandissante. L’école ayant déjà été meurtrie à tous les niveaux par
l’inconséquence, L’insouciance et l’amateurisme de ceux là même qui sont chargés
de la concevoir et de l’orienter. Elle perd toutes les lettres de noblesse ayant permis
aux princes qui nous gouvernent la formation de qualité au nom de laquelle ils se
glorifient et prétendent être aujourd’hui les meilleurs et même au dessus de tous.
11. Rend le gouvernement seul et unique responsable de la situation ainsi créée.
Fait à Niamey le 22 mars 2020
Pour le BEN SYNACEB
Le cde SGA1 ISSOUFOU Shérif

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
1 × 5 =